• A Nous Paris - 2009

"Le journal des nerds"

www.mint-regie.com/presse/Geek-A-Nous-Paris.pdf




TENDANCE FOOT

On porte des maillots vintage, on adule les gloires du passé à l'allure de pop stars, les footballeurs deviennent icônes de mode, David Beckham et Djibril Cissé en tête. Le ballon rond sort des stades pour occuper tous les champs de la société, tandis que des cinéastes et écrivains déclarent leur flamme pour ce sport pas vraiment comme les autres.

Les frères Dardenne sont des fans du Standard de Liège, Emir Kusturica est en passe de réaliser un docu-fiction sur Maradona, et Zinedine Zidane est filmé sous toutes ses coutures au stade Santiago Bernabéu de Madrid ... Comme l'avait remarqué Jean-Daniel Beauvallet, dès l'Euro 2004, dans son édito publié dans So Foot, "chacun fait son coming-out". Créateurs, intellectuels et chroniqueus n'hésitent plus à évoquer leur passion pour le ballon rond.

PLANETE FOOT
"Un certain nombre de gens ont compris que le foot est un peu moins con que ce qu'on croyait", explique Franck Annese, le rédacteur en chef et l'un des fondateurs de So Foot. Ce magazine pionnier, né il y a deux ans, a complètement révolutionné l'approche du ballon rond. "On voulait faire un magazine de culture et de société autour du foot, car ce sport est un véritable laboratoire où beaucoup d'expériences économiques sont tentées et où tout est éminemment politique", précise Franck Annese. Un magazine décalé, avec des unes qui tranchent dans le lard - comme celle représentant Thierry Roland en soutane -, un ton sarcastique et des photos humoristiques, mais aussi de vrais dossiers d'actualité et des grands reportages sur cette planète foot qui ne tourne pas toujours rond et qui révèle bien plus que de choses qu'elle n'en a l'air.
Ainsi, on découvre l'expérience révolutionnaire des Corinthians de Sao Paulo, le club de Socrates, dans les années 80, ou encore les liens privilégiés entre rappeurs et footballeurs. "En tant que sujet d'édute, le foot est devenu beaucoup plus intéressant", conclut Franck Annese. Le journaliste s'est inspiré des fanzines anglais Fourfourtwo (4-4-2) et When Saturday Comes, parce qu'outre-Manche, le foot et la culture pop ont toujours entretenu des liens étroits, avec des joueurs érigés en rock stars à l'instar du grand George Best dans les années 70. La compilation "This is So Foot" volume 1, sans un chant de supporter mais avec des morceaux de Joe Strummer ou des Undertones, leur rend hommage, en attendant le volume 2 qui s'orientera vers le Brésil, l'autre berceau du ballon rond.

UN SPORT PLUS CULTUREL QU'ON NE LE CROIT
Chez nous, les icônes du passé sont bien présentes, à l'instar de Dominique Rocheteau, qui vient de publier un livre (On m'appelait l'ange vert, éd. Du Cherche Midi), Eric Cantona, souvent au cinéma, ou encore Johnny Rep, dont on se souvient mieux depuis qu'il a été gravé sur CD par le groupe stéphanois Mickey 3D. A la radio dans son émission "Europe Foot Café", Pierre-Louis Basse fut le premier à confronter les mondes du foot et de la culture, "non pas pour faire du people mais pour prolonger la culture de ce sport". On se souvient d'un plateau de choix composé de Malek Boutih, Alain Finkielkraut et Luis Fernandez, où la sauve avait pris. Et il n'était pas rare d'entendre Pierre-Louis Basse citer les Clash ou Ferrara pour parler du côté rock star du footballeur. A la télévision, on regrette l'émission "Enfin du foot" animée par l'iconoclaste Didier Roustan, mais on se rattrape sur Canal+ avec Daren Tulett, le chroniqueur vedette de "L'Equipe du Dimanche" et de "Jour de Sport", dont les tenues extravagantes ne font qu'accompagner le propos novateur. La pop star "so british" n'hésite pas à user de références musicales pour parler du foot et affirmer sa conscience politique : " Je me réjouis de l'engouement pour le foot nosatlgie, car c'est une réaction au foot business; on affirme les vraies valeurs de ce sport et quand on regarde avec émotion les vieux maillots, c'est parce qu'ils n'avaient pas de pub, ils arboraient uniquement l'emblême de leur club."
Dans l'émission "Playground", de Vincent Radureau, toujours sur Canal +, dans un esprit à la fois décalé et fashion, Théo Schuster nous emmène à Rio, sur la plage de Copacabana, pour la Coupe du monde de Beach Soccer, organisée par la FIFA et où les Bleus d'Eric Cantona viennent d'être sacrés champions du monde. Avant cela, il nous a fait découvrir un docu sur la sélection nationale japonaise de Philippe Troussier, l'équivalent d'un "Les Yeux dans les Bleus", une immersion dans les usines Panini ou encore les coiffures des joueurs , d'hier et d'aujourd'hui. A la rentrée, Gros Foot pourrait bien voir le jour, un projet conçu par Franck Annese qui se veut la synthèse entre So Foot et "Groland". Pendant ce temps, l'Equipe Mag laisse un peu de place à l'humour et "Télé Foot" se modernise sous l'effet Gilardi. Bref, il semble bien que le foot ait un futur prometteur. Bientôt, peut-être, n'aura-t-on même plus besoin de faire appel à la nostalgie. N'est-ce pas (tout à faità Thierry ?

(...)

SOIREES TENDANCE
Les soirées "popnotpop" du Truskel, à Paris (12, rue Feydeau, 2è), avec le dessinateur Luz aux platines, lors des matchs de Champions League.
Plus d'infos sur : www.popnotpop.com

Soirée du magazine So Foot, le 2 juin, au Nouveau Casino, avec peut-être Vikash Dhorasoo aux platines ... pour fêter dignement les 40 ans du journaliste sportif aux tenues improbables, Darrent Tulett.

Les soirées "Foot Nostalgie", ont en principe lieu au Truskel tous les deux-trois mois, mais la prochaine qui aura pour thème l'Afrique, aura pour cadre le 9 Billards (179, rue Saint-Maur, 10è), le samedi 4 juin. Voir le site : http://footnostalgie.free.fr


"CE SPORT EST EMINEMMENT POLITIQUE ..."
Franck Annese

(A NOUS PARIS 30 MAI 2005)




• CD

"This is So Foot"
Sober&Gentle/Night&Day

SACREE EQUIPE

C'est en un temps record que le magazine So Foot (d'emblée très remarqué dès sa première apparition à l'époque de la Coupe du Monde 2002), s'est imposé comme un véritable challenger, mais en version alternative, sur le créneau des titres consacrés au ballon rond. Les aficionados du foot qui n'étaient ni conventionnels, ni beaufs, ni exempts de sens critique avaient enfin de la lecture. Aujourd'hui, après un peu moins de deux ans d'existence, le mag lance sa compile, mais là aussi dans un genre peu habituel. Parmi les quinze titres retenus, aucun tube des stades, pas plus que de curiosité d'un goût douteux (rappelez-vous l'inénarrable duo Boli-Waddle). Au contraire, rien que du bon (voire du très bon et du très drôle, comme le "Ooooh la la, merci pour la France pour Eric Cantona", de Raymond Bizarre). Les interprêtes vont de Joe Strummer et ses Mescaleros aux Undertones, en passant par The Wedding Present, et tous leurs morceaux ont leur histoire - bien sûr liée au foot - que l'on nous explique au cas par cas, dans un livret qu'on pourrait presque apparenter à un petit magazine. Un disque qui nous prend à contre-pied et fait de nous ses plus grands supporters.
C.C.

(A Nous Paris - Semaine du 28 mars au 03 avril 2005)




Gourmandise
Il manquait un magazine haut de gamme dans la presse spécialisée tambouille. Lacune comblée. Ici, on appréhende l'art cullinaire comme la mode, avec de très beaux clichés. Un plus : une version anglaise des principaux sujets traités à la fin. Un moins : on regrette qu'il n'y ait pas plus d'idées de recettes. Bref, Délice, c'est un condensé de cuisine chic, de bon goût, pile dans l'air du temps.
"Délice", bimestriel, 5 € en kiosque.

(A Nous Paris # 244 / Semaine du 1er au 7 novembre 2004)