• Fabrice, Philippe et Jean-Benoît misent sur les jeunes urbains CSP+. Tout juste trentenaires, les trois compères se sentent proches de leur "cible" et ont choisi de défendre des magazines dont ils sont avant tout des lecteurs enthousiastes. Et parce qu'aujourd'hui, "dans nos cuisines, même le grille-pain doit être design et chromé", la presse gastronomique doit répondre à ces attitudes nouvelles. Si le lancement de Delice est un succès, selon les trois "pubards", c'est que le mag parle d'autre chose que de cuisine : "Nous sommes allés chercher plus loin que le porte-feuille publicitaire 'gastronomie'".

Critiques et prescripteurs
"Très volatiles, très changeants", les jeunes, selon Mint, sont souvent considérés "comme une cible difficile à appréhender, qui se méfie de la publicité". en fait, observe Mint, ils ne consomment plus les médias comme dans les années 1980, où "l'on se contentait de deux, trois grands thèmes" : le cinéma, la musique et le sport. Aujourd'hui, "l'offre s'est morcelée". Devenus "très consommateurs" mais aussi "plus critiques", les jeunes "maîtrisent les nouvelles technologies et s'informent aussi grâce à elles".
L'intérêt pour Mint est de capter cette génération qui émerge, "prescriptrice des tendances de demain" et qu'il faut fidéliser aujourd'hui pour bénéficier de son pouvoir d'achat, demain.


Claire Cousin

(Metro - vendredi 4 février 2005)