• Parler de foot en étant moins réac que Thierry Rolland et moins complaisant que France Football, c'est le pari fou que s'est lancé Soo foot, un mag qui commence à faire parler de lui. Franck Annese, un de ses fondateurs, nous explique sa vision roots du crampon.

Technikart : Comment est venue l'idée de lancer « So Foot », un magazine qui éborde des sujets inhabituels comme foot et musique ou bien encore foot et drogue ?

Franck Annese : L'idée date de 2002, environ trois semaines avant la coupe du monde. J'avais déjà crée Sofa, un magazine culturel, et vu que je suis passionné de foot, on m'a poussé à créer « So Foot », mais au départ, c'était plus une blague qu'autre chose. J'ai commencé à faire un truc, pour me marrer, avec des articles nuls. Et puis je me suis dis que c'était possible de faire quelque chose de mieux. Au mois d'Octobre 2002, j'ai fais un premier test, en essayant différents formats. Globalement, le magazine est parti d'une blague, et en Avril 2003, le premier numéro était dans les kiosques.

Technikart : Comment as tu trouvé les fonds nécessaires à la création du magazine ?

Franck Annese : Au début, on s'est lancé là dedans avec un ami. A deux, on avait 450 € de budget. On a décidé d'aller à la banque et ils nous ont dit qu'ils pouvaient nous prêter 450 €. On avait donc un budget de 900 € pour faire le premier numéro. Par la suite, on a réussi à emprunter 16 000 € et il a fallu qu'on pleurniche auprès de notre imprimeur pour qu'il nous avance. Maintenant, je pense pas qu'il le regrette(d'avoir été méfiant, ndlr).

Technikart : Vous étiez combien à travailler sur le premier numéro ?

Franck Annese : On était et on est trois. Il y a Sylvain, qui s'occupe de tout ce qui est administratif ; Guillaume, qui suit l'actualité du foot et moi qui joue le rôle de directeur de la rédaction, et qui travaille aussi sur la promo, le marketing. (â?¦) Mais on se connaît depuis longtemps, on était tous les 3 en cours ensemble, donc c'est du solide. (â?¦)


Technikart : Peux-tu nous parler du concept de « So Foot » ?

Franck Annese : L'idée, c'était de créer le magazine que l'on avait envie de lire, celui qui n'existait pas. On était déçus qu'aucun des magazines de foot nous parle vraiment. On avait de moins en moins envie de lire l'Equipe, France Football et Onze Mondial. Et on a eu envie d'aborder le foot d'un point de vue sociétal et culturel. Au moment où on a sorti le premier numéro, tout le monde nous disait qu'on allait se planter. Je me souviens qu'Eugène Saccomano me disait que c'était sympa mais que ça ne marcherait pas, parce que ce qui intéressait les gens, c'était essentiellement les résultats. « So Foot » est un magazine qui est fait par des amoureux de foot. On parle souvent de bites, de cul et de bière, mais après on a la présence d'esprit de contextualiser tout ça. On essaye bien sur que ce soir marrant, avec un intérêt sociétal.

Technikart : Que penses tu de la presse foot en France ? Elle t'a déçu ?

Franck Annese : Déçuâ?¦ Non, pas vraiment, car ils font leur boulot. Ils parlent de foot avec la langue de bois caractéristique. S'ils disent du mal d'un joueur, ils se grillent. Donc ils ne le font pas. Il y a des joueurs intelligents et d'autres qui le sont moins. Et donc, forcément, il y en a pas mal qui se vexent si tu parles pas bien d'eux. Par exemple Mickael Madar veut nous péter la gueule. On a fait une interview avec lui, et on a reporté les propos exactement comme il nous a parlé, et donc ça ne lui a pas plu. Maintenant, il nous en veut.

Technikart : Tu te sens pas du tout en concurrence avec France Football par exemple ?

Franck Annese : Non, on n'est pas du tout un concurrent pour eux. France Football, c'est un magazine typique des grands groupes de presse. Ils ont pas d'idées, et en ce moment ils nous piquent des idées pour leur maquette et leurs rubriques. C'est pareil avec l'Equipe Magazine, ils sont si peu inspirés qu'ils volent leurs nouveautés dans le mouvement plus radicalâ?¦Et donc ils s'inspirent de nous, ou des « Cahiers du foot », qui était un site Internet très intéressant, qui est devenu un fanzine mensuel de 16 pages. Ils ont dû avoir moins de chance que nous avec leur imprimeur.

Technikart : Est-ce que c'est facile d'approcher les joueurs de foot ?

Franck Annese : Non, c'est très difficile. A Paris, il y a 10 journalistes qui peuvent appeler les joueurs sur leurs portables. Cette starisation dans le milieu du football rend les choses compliquées. Donc on doit monter des ruses, des plans pour réussir à avoir les numéros.

Technikart : Sur le forum de votre site Internet (www.sofoot.com) , tu réponds toi même aux critiques que certains lecteurs apportentâ?¦

Franck Annese : Oui, récemment il y un mec qui a laissé un message suite à mon passage dans l'émission de Pascale Clark sur France Inter. Il me reprochait plus ou moins de pas y être allé « pour tout casser ». Mais je n'ai pas vraiment compris, parce que je n'y allais pas du tout pour ça, juste pour donner mon point de vue sur le foot, sans aucune censure. Ce qui m'a agacé dans ce message sur le forum du site, c'est l'absence de construction. Parce que reçois pas mal de mails critiques à l'égard du magazine. Et parfois, les gens sont super constructifs, et ils nous aident même à avancer. Dans l'émission de Clark, Vendroux (directeur du service des sports de France Inter) était invité. Et il représente un peu le « pouvoir en place ». Et j'ai parlé de Thierry Roland, j'ai dû dire que c'était un connardâ?¦ Voilà ce qui a suscité quelques réactionsâ?¦

Technikart : Tu peux nous en dire plus sur Thierry Roland ?

Franck Annese : Thierry Roland est un beauf, on l'a interviewé et on a retranscris tout ce qu'il nous avait dit. Et donc il l'a pris super mal. Il nous a appelé en nous traitant d'enculés. Maintenant, on est un peu mis à l'écart sur Tf1. D'ailleurs on devait avoir un reportage sur LCI, qui finalement a été censuré, et qui n'a donc jamais été diffuséâ?¦Enfin bon, Thierry Roland est le genre de mec qui répond « Mon père est juif » quand tu lui demandes s'il est racisteâ?¦

Point de vue censure, tu as déjà eu des problèmes avec tes annonceurs publicitaires ?

Franck Annese : On n'a pas souvent de problèmes avec nos annonceurs. Aujourd'hui on vend entre 25.000 et 30.000 numéros chaque mois. Je ne fais pas partie de la régie publicitaire du magazine, donc je ne suis pas au courant de tout. Nike a déjà acheté de l'espace, Puma est l'un de nos réguliers, Umbro aussi. Par contre, Adidas n'a jamais rien voulu. On ne sait pas pourquoi Peut être qu'on est pas encore assez influents pour eux. Une fois, un annonceur s'est énervé, a décommandé sept pages de pub. Donc on n'a rien dit, et il les a reprises un peu plus tard sans rien nous demander. Sinon, notre régie est allée en rendez vous chez Carrefour, alors que dans notre prochain numéro, on descend complètement un club de supporter Carrefourâ?¦ Mais bon, nous on ne changera pas un mot de l'article.

Tu penses quoi des supporters ? Tu en fais partie ?

Franck Annese : Justement, dans le prochain numéro on a fait un article sur les nouveaux supporters : ceux qui vont au stade comme ils regardent la télévision. Il n'y a plus d'ambiance dans les stades, c'est dommage. En parlant de supporters, pour le prochain numéro, on a aussi passé 24h avec Francis Lalanne, qui est président des « Winners de l'OM, section St Quentin ». Et donc ces 24 heures avec lui ont été mémorables. Il est toujours à 600%, il ne dort presque jamais et il a les cheveux sales. Mais c'est devenu un pote, on est allé à l'inauguration d'un stade pourri qui porte son nom dans une petite ville du Nord. Il est assez marrant et il réussit à te dire très sérieusement que : « Mitterrand l'empêchait de rayonner philosophiquementâ?¦ »

Un pronostic pour le dénouement du championnat de L1 ?

Franck Annese : Le PSG, ça me ferait malâ?¦ Et Monaco, ils ne me font vraiment pas rêver. Je suis un supporter de Nantesâ?¦et on peut dire que les 3 entraîneurs qui sont en mesure de remporter le titre cette année sont passés par Nantesâ?¦

Dorian Dumont le 30 mai 2004

(TECHNIKART.COM ' 30/05/2004)